L'artiste !

JOYEUSES FETES DE FIN D'ANNEE A TOUS !!!!!!
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Qu'est-ce que "ISO" ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Matthieu
Admin
Admin
avatar

Messages : 254
Date d'inscription : 18/09/2008
Age : 28

MessageSujet: Qu'est-ce que "ISO" ?   Ven 19 Sep - 22:49

Les ISO :Ah, voilà bien un terme barbare qui, par lui-même ne veut rien dire puisqu’il s’agit là d’une dénomination de norme...

Pour essayer de voir ce qui se cache derrière, il faut remonter un peu le temps...
Il fût une époque ancestrale et fort reculée pendant laquelle les appareils photo entièrement manuels et sans piles fonctionnaient avec des films (une p’tite bobine que l’on devait manipuler dans l’obscurité...).
En cette époque bénie, on ne parlait pas d’ISO. Les connaisseurs parlaient d’ASA (voire de DIN) et semblaient apprécier ce jargon qui les rendait supérieurement incompréhensibles.

Ces petites bobines (ou du moins leur contenu, soigneusement enroulé suivant une procédure longue et complexe qui ne sera pas décrite ici faute de temps et de bagage mathématique des lecteurs) étaient sensibles à la lumière. Ainsi, pour permettre aux amateurs (éclairés) de photographier à tout moment, il a fallu que les fabricants de films (Kodak, Agfa, Fuji, Ilford etc...) créent des produits utilisables quelque soit la luminosité ambiante... Afin que de différencier ces films, un indice était tout indiqué... Plus il serait bas et moins le film serait sensible à la lumière.
Dès lors, on vit apparaître des films allant de 25, 64, 100... 3200 (peut être plus) ASA.
Les grandes sensibilités (1600 et plus) ont toujours été l’apanage des films noir et blanc. Alors que les petites sensibilités se trouvaient surtout en diapositives. Il faut savoir également que plus l’on avait un film sensible à la lumière, plus on obtenait de grain sur les photos, notamment sur les agrandissements. Les amateurs de noir et blanc s’en accommodaient fort bien alors que les amateurs de couleur ne voulaient pas en voir.

Depuis quelques années, l’harmonisation des normes aidant, on a vu disparaître les ASA, les DIN pour les remplacer par les ISO... En fait, les ISO ne sont rien de plus que les ASA d’antan... Les spécificité en sont les mêmes.
La gamme des sensibilités est presque inchangée encore qu’il devienne assez difficile de s’approvisionner en petites sensibilités (25 ISO) et que les 64 ont presque complètement disparu...

Avec les temps modernes, plus besoin de films, tout est devenu électronique et tout se passe "là-bas dessous" sans que l’on y puisse faire grand-chose... Néanmoins, le "codage" ISO est resté et désigne toujours la sensibilité à la lumière... La plupart des appareils numériques couvrent une gamme allant de 100 à 800 ISO, certains descendent à 50 ISO (chez Olympus notamment), d’autres montent à 1600 ou 3200 (chez les reflex).

L’utilisation est restée la même. Le but étant d’obtenir une image correctement exposée, nous avons à notre disposition 3 paramètres nous permettant d’agir sur l’exposition de la photo... Les deux premiers (Vitesse et diaphragme) feront l’objet d’autre(s) tuto(s). Le troisième est justement ce facteur ISO. Grâce à lui on pourra (dans la plupart des cas) utiliser le couple vitesse / diaphragme désiré ou adéquat. Une luminosité ambiante forte nous donnera toute latitude pour rester dans des sensibilités faibles (50 ou 100 ISO) alors que la luminosité baissant, il nous faudra remonter en ISO pour obtenir une exposition correcte de l’image. Cette simplicité a cependant un revers... Comme indiqué plus haut, les films sensibles donnaient du grain à l’image. Il en est de même avec les appareils numériques à deux différences près, le grain est remplacé par du bruit électronique et celui-ci apparaît beaucoup plus tôt (souvent à partir de 400 ISO sur la plupart des appareil photo numérique hormi les reflex plus performants dans ce domaine) alors que les films évoluent toujours et sont largement exploitables même à 800 ISO. Le parallèle grain / bruit prend beaucoup plus de sens en noir et blanc où le bruit devient une sorte de grain et peut s’avérer très exploitable, voire recherché.

Récapitulatif :

Pour utiliser les ISO, il faut donc se souvenir d’une chose : Exposition correcte, donc vitesse et diaphragme corrects. Ce qui implique que par "basse ou mauvaise" luminosité, soit pour conserver une vitesse suffisante, soit pour conserver un diaphragme "pas trop gros", on devra monter en ISO tout en gardant en mémoire le fait que l?on risque de se retrouver avec du bruit... Maintenant, si le bruit est exclu et que l?objet de la photo s?y prête, plutôt que de monter en ISO, mieux vaudra s?armer d?un trépied et augmenter le temps de pose?
Rien de bien compliqué, juste un réflexe à avoir, c?est quand même plus simple maintenant qu?à l?époque des pelloches où il fallait marquer, enrouler, ouvrir, enlever, remplacer, refermer, dérouler... Pour recommencer à la photo suivante?
Pour les amoureux des « images », les ISO c?est tout l?inverse des crèmes solaires, plus l?indice est élevé, plus ça bronze avec des risques de boutons pas beaux?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wawa-pictures.forumperso.com
 
Qu'est-ce que "ISO" ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Feutres "Touch"
» Pâte à tartiner "maison"
» Mon carrousel ["tourbillon"] Chinois
» Livre - "Obsession" de Catherine Kalengula : une version moderne du fantôme de l'opéra
» Eviter le "silvering"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'artiste ! :: Supports :: Tutoriels-
Sauter vers: